Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Groumbahk

Le blog de Groumbahk

Le blog d'un passionné du Neuvième Âge (ex-Warhammer) ! Histoires, règles, photos, tutoriels de peinture, rapports de bataille. Bienvenue !

Publié le par _Gg
Publié dans : #Rapports de Bataille

Salut les (lou)loups ! 

 

Voici maintenant une semaine que j'ai participé au tournoi des loups à Nancy. Retour sur une journée riche en émotions !

 

Vendredi 3 mars, 23h30.

Vite, vite. Il faut se hâter. Je veux une armée entièrement peinte pour le tournoi, je dois donc passer les derniers petits coups de pinceaux sur mon géant !! Mon pote Jackot est venu dormir à la maison, il est déjà couché. Quelques petites touches de peintures par-ci, par-là et moi aussi je peux rejoindre les bras de morphée...

 

Samedi 4 mars, 05h38 : Le réveil sonne !

Ouille, ouille, ouille... que c'est difficile de se lever si tôt ! Je file tout droit sous la douche pour me réveiller puis je vais réveiller Jackot aux alentours de 5h50. Cédric et Arnaud, mes compères bourguignons, arrivent pour 6h. On boit un p'tit café tous ensemble avant de charger ma voiture.

 

6h30 : Le départ

Tout est fin prêt alors let's go ! On profite des 2 heures de route pour regarder un peu les listes de nos adversaires.

 

8h30 : L'accueil 

Le trajet s'est déroulé sans encombre et nous arrivons bien à l'heure à la salle de Velaine en Haye, lieu de toutes les hostilités. Un café bien chaud et une viennoiserie nous attendent. Nous faisons la connaissance de l'équipe locale, fort sympathique. Tout s'annonce pour le mieux ! La salle est très grande et va accueillir durant le week-end de nombreux joueurs en tout genres : 9e âge - évidemment - mais aussi  Bolt Action, Cold war Commander, Blood Bowl, guerre de succession d'Espagne et j'en passe.

 

9h00 : TOS et premier match

Pour ce premier match, Jackot va rencontrer Marin et ses comtes vampires. Cédric affrontera les nains de Bertrand, organisateur du tournoi. Arnaud se retrouve face à Guillaume, représentant le royaume d'Equitaine (c'est aussi le joueur ayant le plus d'expérience en tournois). Enfin, je fais la connaissance de Paulo et de ses elfes sinistres, qui sera donc mon premier adversaire.

 

Le moins que l'on puisse dire c'est qu'on a bien rigolé avec Paulo. L'homme est ici pour prendre du plaisir avec son armée. Celle-ci est composée d'une unité de 3 personnages sur char (le général, la grande bannière et un autre héros), plusieurs unités de pillards des ténèbres, des harpies, des disciples des arts interdits, 2 chars veneurs, un kraken et une hydre.  

J'arrive à avoir l'initiative, contre toute attente ! Paulo avait terminé son déploiement avant le mien et pensait bien pouvoir commencer (il avait un bonus de +3, je crois). Pas de chance, j'arrive à avoir le choix de commencer. Je me fais une joie de foncer sur de la cavalerie légère avec mes carrioles de morveux. Sur l'ensemble de la partie, j'arrive à gérer son unité de persos sur chars et son kraken par des placements assez subtils de 2 géants et héros sur gros-gniark. Je ne pense pas pouvoir gagner le combat contre un kraken avec mes géants, j'arrive donc à jouer à "tu m'vois, tu m'vois plus" avec lui. Je parviens à gagner, notamment grâce au 3e géant et aux boulets-fous. Une de mes unités envoie ses 3 de ses fanatiques en direction du centre des troupes elfes. Au second tour, les boulets-fous se déplacent aléatoirement. L'un d'eux part pile en direction d'un char veneur qui est à 10". J'arrive à avoir un mouvement de 11 avec mes 2 dés (sachant que je ne dois pas faire de double). Le char implose sous les 1D6 touches F5 Perforant (1). Gros coup de bol sur ce coup là !

Je gère aisément la magie : au tour 1 Paulo amène ses disciples des arts interdits sur mon flanc gauche pour shooter mes gobelins sur gniarks. Ce faisant, il se place sur le flanc de mon autre unité de gobelins, qui n'a pas encore lancé ses boulets fous. J'utilise donc ma couronne pour dissiper son sort à sa phase de magie puis, à mon tour 2, j'envoie 3 boulets-fous sur les malencontreux cavaliers qui succombent sous les coups de boulet. Erreur de Paulo, sur ce coup là !

L'hydre, avec son initiative de 2, est bloquée par un géant qui n'arrête pas de faire des "Hurle" et des "Fracasse", empêchant le monstre adverse de frapper. Au final, Paulo ne me tue que quelques troupes à faible coût (gniark, cavalerie légère, morveux) et une unité de gobelin, sur un coup de "pas d'bol" pour moi. En effet, au tour 5 ses personnages sur char foncent sur mes gobs et gagnent le combat largement. Mes gobs sont indomptables mais je foire mes 2 tests de Cd à 9... Ils fuient et sont rattrapés, Paulo prenant ainsi mes points du régiment et de la grande bannière. De mon côté, je tue toutes ses troupes, hormis ses 3 chars et son kraken. Bilan de la partie : c'est un 13 - 7 pour moi. Je contrôle l'objectif, Paulo n'ayant aucune unité "Capture" (il est là pour le fun ^^). Je termine donc sur un 16 - 4...

 

12h00 : Pause repas !

Le midi c'est foodtruck ! Je ne connaissais pas le concept et c'est excellent : je me régale bien. Pub ! Evidemment, nous discutons de nos faits héroïques : Jackot, le vilain joueur nain ^^, a mis 20 - 0 au vampire, Arnaud s'est fait massacré 20 - 0 par les equitains et Cédric a vaincu les nains de Bertrand. Nous connaissons nos adversaires suivants, je vais me retrouver face au royaume d'équitaine. Aïe, aïe, aïe...

 

14h15 : second match

Suite à un imprévu, mon adversaire arrive en retard pour la seconde partie. Sa liste est composée d'un général bien bourrin, d'une grande bannière, d'une prêtresse, de 2 unités de 5 aspirants paladins, d'une unité de 10 paladins du royaume, d'une unité de 9 Paladins de la quête, d'une unité de 9 paladins du graal, de 2 unités de 5 roturiers montés de 10 brigands et de 2 scorpions.

Pour le scénario, nous devons désigner 3 unités de capture à détruire : je sélectionne ses 2 unités d'aspirants paladins et ses paladins de la quête. Je déploie mes 3 géants mon flanc gauche. J'envoie quelques troupes sacrifiables pour occuper ses chevaliers du graal et ses paladins du royaume sur mon flanc droit. A gauche, je décale en profondeur mes géants et les envoie vers ses paladins de la quête. Il parvient à charger le premier géant au second tour avec ses paladins de la quête mais aussi de flanc avec une unité d'aspirants paladin (je n'avais pas anticipé cette charge, mes orques en fer étant face à eux). Il tue le géant aisément puis effectue une charge irrésistible sur le second gros. A mon tour, le troisième larron rejoint le combat. Guillaume pensait venir à bout de mes 3 monstres avant de me déborder sur mon flanc gauche mais c'est sans compter sur un petit coup du destin en ma faveur. En effet, mes géants frappent avant les chevaliers qui ont une arme lourde et l'un des 2 gros parvient à faire un cri qui tue ! Les 2 unités perdent le combat de 1 et prennent la fuite. Mes gros les poursuivent et les rattrapent. Grosse désillusion de la part de mon adversaire qui sentit le vent tourner en ma faveur.

De l'autre côté, un héros sur gniark charge l'unité de la grande bannière et lance des défis. Il parvient à tuer le champion, puis la grande bannière ! Encore des précieux points pour moi.

Au centre, mes gobelins foncent pour lancer les boulets-fous. 3 boulets-fous traversent les chevaliers du graal mais, après un lancer bien naze, je n'en tue que 3. 3 autres boulets-fous foncent en direction des aspirants paladins. Là aussi uniquement 4 morts. Une dernière charge est lancée : les chevaliers du graal sur mon front de gobelins et le dernier aspirant paladin sur le flanc de l'unité. Guillaume gagne mais je suis indomptable. A mon tour, l'autre unité de gobelins prend le flanc de l'aspirant paladin et l'achèvent. Les chevaliers du graal - aidés du général - remportent tout de même le combat. Nous arrêtons la partie, il est l'heure, même si l'issue semblait compliqué pour les chevaliers... 

Le bilan est encore de 13-7 pour moi. Je tue ses 3 unités de capture désignées au début de partie tandis que je n'en perds aucune. A nouveau l'objectif est mien et c'est un 16-4 de plus ! Wahou !

 

17h15 : dernier match !

Il s'avère qu'au moment des comptes - et avec mes 2 victoires - je suis deuxième ! En tête, on retrouve Jackot qui a encore mis un 20 - 0 à son adversaire !

La finale nous tend les bras et l'affrontement s'annonce dantesque !

Je ne veux pas me prendre un 20 - 0 alors que j'ai une chance d'être sur le podium ! Surtout que Jackot a déjà affronté ma liste en partie test, avant de modifier la sienne...

Je suis tendu comme un string !!

Parlons un peu du déploiement.

A ma gauche : une unité de 15 tueurs - avec son gros seigneur qui défonce tout - 23 sentinelles des clans avec sa grande bannière, une enclume (planquée derrière un bâtiment), 36 guerriers des clans, 24 barbes-grises avec le général, 2 canons-orgues et 14 mineurs.

Je décide de mettre de l'impact devant les tueurs, à savoir avec une carriole de morveux et les 2 unités de bondisseurs gniarks. Je suis un peu embêté, mais je me retrouve à déployer les 3 géants sur mon flanc droit : devant les canons et les mineurs... J'ai aussi une carriole sur ce flanc. Au centre, mes gobelins avec les héros. Sur leur gauche, l'autre unité de gobs et, sur leur droite, les orques en fer.

La partie fut une des plus tendue que j'ai jouées contre Jackot (et j'en ai joué des parties contre Jackot !!). Chaque choix stratégique est important, chaque jet de dé peut faire basculer la partie, la tension est palpable ! Aucun des deux ne veux quitter le podium. 

La partie bascule tantôt à mon avantage, tantôt à celui de Jackot. Aucun des 2 camps ne craque et tout le monde se bat jusqu'au bout.

Que retenir ? Le seigneur tueur a assez vite quitter son unité pour protéger l'arrière de ses troupes car mes loups et mes moveux se rapprochaient assez vite de son enclume. 

Les machines de guerre n'ont pas été aussi efficaces et je réussis à maintenir un géant en vie jusqu'à la fin de la partie (à un seul petit point de vie). Je viens à bout des mineurs avec une carriole de morveux et un géant. Je gère assez bien la magie, aussi. En prenant des risques pour dissiper les 2 sorts que lance Jackot (j'ai un bonus de +3, mais c'est un risque pour moi car, potentiellement, les 2 sorts peuvent passer). Je ne veux pas que mes troupes soient trop affaiblies avant les corps à corps.

Puis, il y a un tour avec énormément de charges (mon tour 3, je dirais) : une carriole et un géant sur le canon orgue le plus à ma droite. Mes orques en fer chargent les barbes-grises, bien affaiblies après le passage des 3 boulets-fous et ces derniers décident de prendre la fuite, se repayant les 3 tourbillons de la mort dans leur fuite (6D6 touches F5 perforant (1), ça pique... même du nabot, on ne les reverra plus de la partie). Mes orques redirigent sur le second canon orgue. Petite erreur de Jackot : ses guerriers (rejoints par le général en cours de partie) dépassent d'un petit demi-pouce le bâtiment. Du coup je peux charger de face avec mon régiment de gobelins qui contient les héros et de flanc avec l'autre régiment (ça m'apporte une 3e bannière et un bonus de flanc). Il ne s'attendait pas à ça, mes gobelins dévoilant leur dos aux tueurs. Pour éviter une charge, je fonce sur les tueurs avec mes bondisseurs gniarks pour les occuper un peu. Ce round de combat est crucial. L'ordre des corps à corps n'a jamais eu autant d'importance. 

Je commence par le flanc droit et explose le canon orgue. Bim ! Charge irrésistible sur l'autre machine de guerre. On passe maintenant à ce combat là, et mes troupes massacrent l'autre machine. Re-Bim ! Charge irré des orques en fer sur le flanc des guerriers. On passe maintenant au gros combat central. Les guerriers perdent le combat et prennent la fuite. Je poursuis avec 2 unités et reforme les gobelins face aux tueurs. Coup du destin : les nains fuient trop loin pour moi ! Aïe ! Retour de Jackot dans la course, il les rallie aisément à son tour.

Au tour suivant, je relance une charge avec mes orques en fer et une carriole de morveux sur le flanc mais autre coup du destin : un triple sur mon mouvement aléatoire me fait perdre mon char !  Nooooooo !!! Si l'unité du général craque c'est une option sur la victoire pour moi, mais elle ne veut pas craquer !

Parallèlement à ça, le seigneur tueur charge le flanc de mes gobelins : il envoie 10 attaques le bougre ! Il lance des défis, que je refuse. Du coup, je suis privé de grande bannière, mon gobelin se planquant sous son drapeau durant de nombreuses phase de corps à corps. Les tueurs se retrouvent désengagés des bondisseurs (il y a eu des pertes chez les nains, mais pas assez). Ils chargent mes autres gobelins.

Lors des tours de Jackot, celui-ci commence par le combat du tueur pour me priver de ma grande bannière. Durant mes tours, je termine par ce combat pour les raisons inverses !

Chacune des décisions ne doit pas être pris à la légère. Il faut tenir ! Ne pas craquer !

Les gobelins des cavernes, contre l'unité de tueurs, tiennent un tour grâce à un test de Cd réussi à 5 (le général qui a chargé les guerriers est trop loin !). Merci la grande bannière ! Si ce régiment craque, ça expose le flanc de mon autre régiment de gobelin et le dos de mes orques en fer, ce qui serait catastrophique !

Les orques en fer perdent les combats (ils sont moins nombreux) mais tiennent grâce à leur ténacité. Je me bats avec arme de base et bouclier pour préserver mes guerriers et pour bloquer les 5 ou 6 attaques du général avec la parade.

L'autre unité de gobelins essuie les pertes (pensez-vous 10 attaques qui touchent sur du 3+ et qui blessent sur du 2+). Lors d'un tour, je sens que j'ai besoin de la GB et je relève le défi du tueur avec le champion de mon unité. Bien joué car la grande bannière me sauve la mise lors de ce round ! Les gobs sur loups, étant venus à bout de l'enclume avec l'aide d'un héros sur gniark (7 touches F6, ça calme) chargent aussi le gros seigneur tueur, pour espérer l'achever (il perd un petit PV de temps en temps). 

Je m'aperçois que je ne parle plus des sentinelles des clans ! Je les occupe en envoyant des héros sur gniark et en lançant des défis à sa grande bannière, mais celle-ci tient bon et massacre mes héros, un à un. 

Plus les tours passent, plus on sent que si ça craque dans un camp, c'est foutu !

Les sentinelles des clans, une fois défais des héros, foncent sur le flanc de mes gobelins opposés aux tueurs. Je perds le régiment au dernier tour de Jackot... Arg ! 500 points de victoire en plus pour lui.

La différence se fait en toute fin de partie, où mon dernier géant, avec son unique point de vie, arrive de dos pour aider les orques en fer. Au dernier round de combat, les guerriers des clans - et le général - prennent enfin la fuite et sont rattrapés...

On relève la tête.

On souffle un coup.

On regarde le champ de bataille.

La pression retombe.

On se sert la main.

C'est fini....

Vient alors le moment de faire les comptes : les troupes sont bien affaiblies des 2 côtés, la lutte a été terrible...

Finalement, je gagne d'un peu moins de 900 points, grâce au dernier round de combat. 12 - 8 !

Et le scénario ? C'est une percée ! Mes orques en fer sont dans la zone de déploiement de Jackot et aucune unité naine n'est présente dans ma zone ! +3 points dans la besace ! On termine donc sur un 15 - 5.

Mais ?? Mais ?? Attendez que je calcule le total... Comment ?? Oh, ça me fait 47 points, contre 45 pour Jackot ! Je passe en tête du tournoi ! Wouhouuuuuuuuu !!

 

20h30 : Remise des prix

Maman, tu peux être fier de ton fils, j'ai gagné le tournoi, ah ah !

Je remporte un lot bien sympathique, le jeu "The Walking Dead : All Out War" que j'ai hâte d'essayer. 

Jackot finit donc second et remporte une boîte de Warhammer Quest.

Un joueur local finit aussi sur le podium (et sauve l'honneur des nancéiens) : l'équitain Guillaume qui gagne aussi un jeu (désolé, là, j'ai zappé le nom du jeu).

Suit ensuite Paulo, 4e, Cédric en 5e place, Arnaud et Marin, 6e ex-aequo. Notre hôte du jour termine bon dernier.

Et bien ça y est, c'est fini... Je suis fier, c'est peut-être le seul tournoi que je gagnerai de ma vie ! Il est temps de prendre un bon repas (on a commandé des Pizzas), puis de repartir... On arrive à destination à 23h30. Le temps de narrer mes exploits à ma douce et tendre, et vient enfin l'heure du repos bien mérité...

 

 

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog